samedi 18 février 2012

Journey through the past (4)

Après la "saga" Nougaro, je reprends ce voyage musical dans le temps, et l'ouverture internationale va jouer à plein.
Jusqu'ici, comme déjà évoqué, mes moyens étaient faibles et l'exposition à la pop anglo-saxonne se limitait aux radios essentiellement, sans parler de ceux déjà entrés dans la légende comme les Beatles ou les Stones. Rien de bien surprenant, non ?
Je connais donc les plus exposés, les Bowie, Elton John, Pink Floyd ou Queen, avec des "tubes" qu'on entend à la radio et du coup, j'ai une connaissance très limitée de ce qu'ils font en profondeur, je passe "à côté" dans un premier temps de ceux qu'on peut connaître par leurs albums et qui restent dans l'ombre, que ce soient pour des questions de format (morceaux de 10 minutes Genesis, Yes, etc.) ou bien de thèmes sex and drugs ou encore d'attitude (Led Zeppelin, Zappa, Lou Reed ,etc.).

En passant, j'ai vécu en spectateur au lycée la période punk sans chercher à y comprendre grand chose. Est-ce que cela m'a manqué ? Non.

Il y a aussi dans ce parcours un moment où je vais accrocher à la musique en étant actif, c'est-à-dire libre d'aller chercher et de découvrir et, paradoxalement, de rétroagir car une partie de la production des années 70 me sera accessible à rebours au début 80.

Nous sommes à peu près à la jonction 1979-1980. Je serai indépendant financièrement fin 80. J'achète une chaîne hi-fi, une T*chnics, et... un guide du rock !
Ce type d'ouvrage met en avant des choix "classiques",  installés, reconnus ou soumis à la mode du moment, c'est la règle du jeu. C'est à manipuler avec précaution !
Il y a beaucoup d'aléatoire avec un guide du rock, on y trouve un "panthéon" qui peut ne pas convenir à vos goûts musicaux bien sûr, et le décryptage des chroniques ou articles a besoin de se frotter à l'expérience, c'est-à-dire qu'il faut comparer les mots et écouter le disque pour se faire une idée.
Ainsi, ce que je lis, croisé ou pas avec ce que j'entends, me permettra à l'époque de constituer les premières bases de ma collection de 33 tours, et je complèterai avec des prêts, des discussions avec les potes.
Avec le recul, je m'aperçois que j'ai vite lâché le guide !
Quelques écoutes tourneront court : Jefferson Airplane, Creedence Clairwater Revival, Elvis Costello...et j'en oublie. Je retiendrai dans les recommandations Bowie (l'album Heroes) mais cela ne se concrétisera pas  par une envie d'approfondir.
Alors, alors...que va-t-il se passer ? Je vais plonger, mais vers qui vers quoi ?
...à suivre ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire