samedi 5 novembre 2011

V comme

L'ambiance "routière" de ces derniers jours m'a rappelé ceci, commis il y a quelque temps, dédié à la gloire de certains véhicules dont deux m'ont un peu "gonflé" avant-hier...

Il est des sujets que la charité chrétienne pousse à éviter, même en tant que laïque pratiquant. Eviter une voiture sans permis, notamment, ne conduit pas à l'hôpital. Doit-on pour autant en conclure que l'hôpital se moque de cette charité ?
Et bien, chers amis lecteurs, étudions cette question ensemble si vous le voulez bien.

Avez-vous déjà croisé une voiture sans permis (VSP) ? Oui ?
Quelle chance ! Vous étiez du bon côté de la route, à la seule condition que votre passage n'ait pas coïncidé avec le dépassement de ce kart du pauvre par un routier pourtant sympa.
Car vous l'aurez compris et peut-être même vécu l'alliage " conducteur/voiture sans permis " peut rapidement devenir une engeance surtout lorsqu'il se trouve juste devant vous. La pression monte peu à pneu, les nerfs lâchent mais pas les freins, alors qu'étonné si ce n'est incrédule, vous observez que le conducteur n'est pas équipé d'une casquette ni même d'un béret.

Parce que le problème de fond, c'est bel et bien que la voiture sans permis, c'est permis. Lorsque par malchance, vous vous retrouvez lamentablement derrière une VSP, vous avez d'abord l'impression qu'elle est loin devant. Funeste méprise. En fait vous êtes victime d'une illusion d'optique créée de toutes pièces par l'extrême petite taille dudit véhicule. De là à dire que la VSP est un moyen de transport pratique qui abolit les distances, il y a là 1,43 m que je franchirai pas.
A votre décharge, la confusion est entretenue savamment par les constructeurs qui imitent les modèles "avec permis". On peut s'y tromper mais vous retrouverez rapidement vos esprits en utilisant un truc infaillible : sur un circuit électrique de voitures pour gamins, seule la VSP passera inaperçue et ça c'est une preuve. Par contre, essayez donc de monter votre bagnole au grenier pour voir...
Mais, fort heureusement, il existe d'autres moyens de se repérer , concrets , accessibles , irréfutables et permettant d'identifier à coup sûr ce genre de carrosse. Car tout le monde n'a pas un grenier.
Juste après son achat, le présumé conducteur de l'engin se pose toujours les mêmes questions au début (après, soit il meurt, soit il s'habitue, soit il meurt encore).
- Le pare-brise c'est ça ?
- De quel côté on rentre ?
- Le devant, il est là ?
- Putain, ils ont mis la roue de secours dans le réservoir on dirait ?
- La clé j'en ai vraiment besoin ?
N'oublions pas non plus certains détails intrinsèques ou spécifiques si ce n'est fondateurs : pas de permis, disions-nous,  C'est mieux comme ça, car même plié en 4, ça rentre pas (un peu comme le conducteur). Et puis en plus il n'y pas de boîte à gants. Oui, mais le noir dans l'habitacle ? On peut pas faire autrement, on est obligé de coller la carte verte sur le pare-brise pour l'assurance.
En fait, si l'on constate que ce type d'engin est surtout "conduit" par des vieux, on est en droit de se demander si un complot n'a pas été commandité pour se débarrasser du 3e âge. Attendez vous à ce que la voiture sans permis soit bientôt rebaptisée V.V.V.V.V.E comme Véritable Véhicule Virtuel pour Vieux Véritables d'Epoque.
Mais, foin de moqueries faciles à base d'ironie acide.
Nous allons de ce pas étudier les avantages de la VSP après avoir traité de son seul véritable inconvénient, à savoir devenir un objet de torture mentale. Pas moins.
Quand le petit vénérable sort de son supermarché favori, qu'il emplit son engin avec ses petites emplettes (forcément), il est ensuite confronté à une difficulté logistique insoutenable qu'on peut résumer par "Je rentre à pied ou en caddy ?".
Si de surcroît le malheureux sénile hésitant dubitatif parle tout haut, il lui est souvent répondu : "Comme tu veux pépé , mais tu me vires ton tas de boue du milieu". Dur.
Et pourtant, incontestablement la VSP a des points forts. Bon, on n'en citera qu'un.
Je suis sûr que vous l'auriez trouvé tout seuls. On peut se garer facilement.
Encore faut-il arriver à destination, soit en partant la veille, soit en poussant (ce qui est plus sûr, parce que la veille ça change tout le temps).
Certains esprits perfides si ce n'est mal tournés auront beau jeu d'objecter d'un argument définitif : "si ça tient pas de place, comment ça se fait que c'est toujours en train de faire chier au milieu de la route ?"
Alors là, cas extrême, heureux propriétaires et usagers de ces merdes roulantes, il vous restera à prendre vos responsabilités et à vous draper la dignité dans votre peau de chamois offusquée avant de répondre qu'avec la voiture sans permis, au moins, l'expression ETRE SUR LA ROUTE n'a jamais été aussi vraie.

2 commentaires:

  1. Oh que oui, la peste que cette engeance ! et encore quand en plus la voiture roule en zigzag pour cause d'alcoolémie élevée,qui souvent fut la funeste cause de la perte du dit permis... Car ne nous leurrons pas, bien souvent le propriétaire d'une voiture sans permis, en a un de permis, mais il ne lui est plus permis de l'utiliser... Il a juste le droit d'être dangereux d'une autre manière...

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ton passage, Gilsoub ...et je suis sûr que t'es pas venu en VSP :)

    RépondreSupprimer